Espace Privé

Généralités

bandeau

Projets finis ou en cours

Etudes finies ou en cours

PNEUS

Projet ADEME

L'ADEME intervient depuis de nombreuses années sur le sujet des pneus usagés.

Un soutien important aux études de faisabilités et aux investissements d'opérations de collecte et valorisation avait été apporté lors de la mise en place de la filière pneumatique.

D'autres soutiens concernent l'aide à la R&D de projets de valorisation innovants. L'ADEME a lancé en 2003 un appel à projets de Recherche & Développement pour la valorisation des pneus usagés, suivi en 2004 par un nouvel appel à projets Recherche & Développement en collaboration avec ALIAPUR.

Projet TRACC

Projet TRACC – SUDOE Le présent document expose de manière très synthétique le projet déposé par le CETE du Sud Ouest – Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées de Toulouse dans le programme SUDOE.

Contexte :

Le programme SUDOE est un programme européen de coopération interrégional dont le périmètre regroupe l'Espagne, le Portugal et les 6 régions françaises suivantes : Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin, Poitou-Charentes, Auvergne et Languedoc-Roussillon. Le programme de coopération territoriale de l'espace Sud-ouest européen (SUDOE) soutient le développement régional à travers le cofinancement de projets transnationaux par le biais du FEDER (Fonds européen de développement régional). Le principal objectif poursuivi pour développer une stratégie valorisant ses forces et pour corriger ses faiblesses est de consolider l'espace Sud-ouest européen comme un espace de coopération territoriale dans les domaines de la compétitivité et de l'innovation, de l'environnement, du développement durable et de l'aménagement du territoire. Le but visé est d'assurer une intégration harmonieuse et équilibrée des régions concernées en lien  avec les objectifs de cohésion économique et sociale de l'Union européenne.

Objectif :

Le projet TRACC  (Techniques Routières Adaptées au Changement Climatique) a pour objet d'assurer la promotion et le développement des techniques routières adaptées au changement climatique. Il comprend une phase d'évaluation des techniques existantes, un approfondissement des techniques innovantes, une étude socio-économique et environnementale, en vue de l'écriture d'un guide à l'attention des maîtres d'ouvrage pour leur permettre de passer des commandes en rapport aux exigences environnementales et d'être capables de faire des choix pertinents selon les solutions proposées par la profession routière.

Il a été déposé dans le cadre de l'objectif 1 du programme SUDOE : « La promotion de l'innovation et la constitution de réseaux de coopération pérenne dans le domaine des technologies »

SEDIMENTS DE DRAGAGE

LE PROJET DEPOLTEX

Dépollution par géotextile (2010-2013)
L'objectif principal du projet DEPOLTEX est de concevoir des géotextiles fonctionnalisés associant des propriétés de dépollution de sédiments et boues pollués aux métaux lourds. Il est porté par la société française IDRA Environnement, spécialisée dans la dépollution, le traitement des sédiments et les opérations de dragage/curage en partenariat avec Dylco Afitex, Baudelet, Neo Eco, Nordlys SAS pour les partenaires industriels et Armines, Ensait IFTH, l'université de sciences et technologies de Lille pour les partenaires recherche.
Aux géotextiles sont associés des propriétés spécifiques afin de mieux maîtriser les risques immédiats (en phase de dragage et de stockage) mais aussi de maîtriser les risques futurs de diffusion et de dispersion des polluants dans le temps.
In fine, l'objectif de ce projet est de concevoir une unité, mobile ou fixe, ayant la capacité de dépolluer les sédiments sur place pour leur réutilisation et valorisation sur site. Il vise, également, à la conception d'un outil technique permettant de prévoir le protocole de traitement à mettre en œuvre selon la concentration des polluants captés.

Le projet GEDSET

Gestion durable des sédiments transfrontaliers (Nord-Pas de Calais – Wallonie (Belgique))
Le projet INTERREG IV « GeDSet » a débuté en 2008 et se termine en 2013. L'objectif principal est de développer un outil d'aide à la décision relatif aux choix de modes de gestion des sédiments de curage. Il vise également à alimenter cet outil grâce aux résultats d'actions de recherches et au recueil de données auprès des acteurs du domaine. Il est coordonné par l'école des mines de Douai avec comme partenaires l'ISSeP, le BRGM, le CTP et l'INERIS.  Cinq actions de recherche couplant des approches terrain et laboratoires sont développées. Elles portent sur (1) l'amélioration de la caractérisation des sédiments en place (mise en œuvre d'outils sur sites), le transfert des polluants à partir des matrices sédimentaires vers la colonne d'eau des canaux (2) ou à partir de sites de dépôts de sédiments curés (3), les modes de traitement des sédiments par des techniques minéralurgiques ou autres techniques émergentes (4) et des essais de phytostabilisation (5).

Le projet SEDIMATERIAUX

Le projet SEDIMATERIAUX a pour ambition d'apporter une réponse adaptée et dimensionnée à la problématique de la gestion et de valorisation terrestre des sédiments de dragage portuaires et fluviaux. Plusieurs projets de valorisation, comme la réalisation de la planche expérimentale du GPMD ont été réalisés dans le cadre de SEDIMATERIAUX. La finalité est de démontrer la faisabilité d'une ou plusieurs filières de valorisation des sédiments et fournir les données indispensables à une évolution réglementaire relative à la gestion terrestre des sédiments.

Le projet SEDIMED

Filières de valorisation des sédiments marins méditerranéens
Le projet SEDIMED, retenu dans le cadre du 8ème appel à projets du FUI 2008 (Fond Unique Interministériel), a pour objectif d'évaluer des filières de gestion à terre de sédiments marins, en s'appuyant sur des dragages réalisés dans la rade de Toulon.
Les objectifs principaux liés à ce projet sont :
•    faire émerger et conforter au niveau national des filières économiques de traitement et de gestion des sédiments marins amenant les acteurs régionaux portuaires, de la recherche, du traitement et de la valorisation sur des positions fortes dans la compétition internationale sur ces thématiques ;
•    éclairer et enrichir les travaux et investigations du MEDDTL en vue d'un accompagnement sur la dimension réglementaire ;
•    proposer aux acteurs des zones maritimes des outils dont un guide méthodologique et un centre d'expertise et de ressources comprenant une sédimentothèque et une base de données de référence pour une gestion environnementale des sédiments ;
•    disposer d'un démonstrateur à l'échelle 1 sur le site de la ZIP de Brégaillon ;
•    étudier la création d'un observatoire méditerranéen sur le sujet.
Le porteur du projet est la société ENVISAN France avec comme partenaires d'une part des industriels COLAS, ERG Environnement et EGIS et d'autre part des chercheurs ARMINES, l'INERIS et le CETE.

Le projet SEDIVALD

Evaluation et évolutions de la dangerosité des sédiments gérés à terre


Le projet a débuté en 2010 et est  piloté par ARMINES-Ecole des Mines de Sophia Antipolis avec pour partenaire le BRGM. L'objectif du projet est de caractériser le risque d'évolution vers des formes dangereuses lors des phases de traitement des sédiments préalablement caractérisés comme non dangereux. Cette discrimination « dangereux / non dangereux » est la clef d'entrée à la valorisation des sédiments non-immergeables. Il est par ailleurs impératif de s'assurer qu'un sédiment non dangereux ne risque pas de devenir dangereux en fonction des traitements qui lui sont appliqués (propriété H15 ).

SOUS-PRODUITS DE CARRIERES

Projets

Des études ponctuelles existent par le biais d'exploitation ou de syndicats professionnels, recherchant des débouchés pour valoriser leurs sous-produits.
D'une manière plus académique, aucune recherche particulière n'est identifiée à ce jour sur le thème de la valorisation des sous-produits de carrière. Pourtant ce thème gagnerait à être développé, au moins sur le plan du développement durable et de celui de l'économie des ressources rares et des ressources naturelles d'une manière plus générale.
Les filières de valorisation existent dans le domaine des infrastructures. Elles s'accompagnent néanmoins de document ou d'études spécifiques émanant du site de production car chaque déchet inerte possède ses spécificités géotechniques et environnementales.
De nombreuses autres démarches de type développement durable émergent mais sont encore minoritaires.