Espace Privé

Matériaux

bandeau

Catégories de matériaux

Chantiers ( Emplois répertoriés)

Pour les Schistes houillers

  • Est de la France (source CETE de l'Est, 2010)

Année

Produits

Chantiers (trafic)

Quantité

COUCHES DE FORME

1998

Schiste noirs 20/125









Contournement de Sarreguemines RN 61 (TC6 30)

300 000 t

1993

Déviation Ouest de Saint Avold (TC5 20)

30 000 t

1994

Déviation de Carling (TC5 20)

70 000 t

2000

STEP Grosbliederstroff (sous dallage)

54 000 t

2001

Pikingtone Henriville (sous dallage)

85 000 t

2001

Déviation de Moyenvic (TC4 20)

41 000 t

2002

Henriville (sous dallage)

180 000 t

2003-2005

Masques drainants LGV Est

416 000 t

2004

RD 910 (TC5 20)

83 000 t

2006

Réhabilitation du puits Simon

42 000 t

2006

Lignes RTE

23 000 t

-

Schistes noirs criblés 0/22.4 traités LHR (5%)

Moyenne annuelle

2 000 t

2003

RD 910 (TC5 20)

9 000 t

COUCHES DE FONDATION

1996

Schistes noirs criblé 0/22.4 traités LHR (5%)



Plate-forme SAMAR Saint-Avold

?

1997

Cité Sainte Fontaine

?

1999

RN 61 Bretelles (TC5 20)

?

1999

Polyglass-Carling

?

COUCHE DE BASE

2001

Schiste noirs criblés 0/22.4 traités LHR (5%)








Egerland Forbach

10 500 t

2001

RD 910A Kaoten-Natie (TC5 20)

14 600 t

2003

RD 910 (TC2 20)

31 300 t

2004

RD 72 (TC2 20)

18 000 t

2004

LGV St Epure Lot 34 B

7 600 t

2005

RD 19 (TC3 20)

10 500 t

2005

RD 22b (TC2 20)

4 700 t

2005

Polyglass Saint Avold

6 200 t

2006

Haspelschiedt

6 300 t

2003

Grave laitier schiste noir

RD 910 Faulquemont-Laudrefang

19 600 t

  • Nord-Pas-de-Calais (source CETE Nord-Picardie, 2011)

Schistes noirs

              ⇒ Schistes Noirs Tout Venant
Le Schiste Noir Tout Venant présent en quantité sur une grande partie de la région, a déjà été utilisé sans problèmes pour la réalisation de la plupart des grands remblais de constructions routières dont :
                 A 25 : 6ème et 7ème section,
                 A2,
                 A 21 : rocade minière,
                 Liaison Douai-Valenciennes
                 RN 455 à Somain en 2008 (reclassement d'arase)

Et en couche de forme/plates-formes commerciales  et industrielles:

                 Semurval Denain (2004)
                 Gemo Cora Lens 2 (2005),
                  Keolys Bruay la Buissière (2006)
                 RD 188 – Isbergues (2006)
                 RD 360 (Hordain-Bouchain) (2008)

            ⇒ Formoschistes
Depuis sa mise au point, près de 13 millions de tonnes de formoschistes ont été produites et mises en œuvre dans la région sur des chantiers importants tels que :
                TGV Nord : 100 000 tonnes,
                 Voie Rapide Urbaine de Lille,
                 A1 (bande d'arrêt d'urgence),
                 Plus récemment les RN 455, RN 41 et RD 301.
                 Giratoire RD 943 à Choques (2008)

              ⇒Intégration en formulations de matériaux traités
Les graves LR 0/20 C2 sont composées de plus de 90% de schistes noirs.
Les graves schistes sont, quant à elles, composées de 40% de schiste noir 0/14 et de 50% de sable de fonderie.

Chantiers

Entreprise

Année

Tonnage

Type de grave

RN 41 (1ère phase)

Hallennes les Haubourdin

GETRANOR 

2001

2 500 t

LR 0/20 C2

FM Douvrin

SCREG N.P.

2003

1 500 t

LR 0/20 C2

Lomme Carrefour

BREZILLON

2003

1 500 t

LR 0/20 C2

Lagorgue

RAMON

2005

5 600 t

Grave 0/14

Lestrem

RG BTP

2005

2 325 t

Grave 0/14

→ Schistes rouges
Depuis 1954, 120 millions de tonnes de schistes rouges ont été utilisés en France et notamment dans la région Nord-Pas-de-Calais. Ce matériau largement éprouvé, dont la raréfaction a contribué à la mise au point du formoschiste reste très présent au sein des couches de forme locales dont les plus récentes sont :
                  RN 455,
                  RN 39 : déviation de Saint-Pol.

             ⇒  Intégration en formulations de matériaux traités
Les graves 0/20 sont composées de plus de 90% de schistes rouges et de moins de 10% de sables de fonderie.

&nb

Chantiers

Entreprise

Année

Tonnage

Type de grave

RN 17

SCREG N.P.

COLAS N.P.

RCFC

1998

20 000 t

Grave schiste rouge barmac

RN 47

SCREG N.P.

COLAS N.P.

RCFC

1998

20 000 t

Grave schiste rouge barmac

RD 58

SCREG N.P.

1999

9 500 t

Grave mixte 0/20

RD 188 / RD 86

SGREG N.P.

2001

?

Grave mixte 0/20

Plateforme de Dourges

SCREG N.P.

2002

6 500 t

Grave mixte 0/20

Noyelles les Vermelles

LAMBLIN

2003

2 000 t

Grave mixte 0/20

Mazingarbe

RG BTP

2004

3 890 t

Grave mixte 0/20

              ⇒ Un chantier emblématique : la plate-forme multimodale de Dourges (62)

Un des derniers grands chantiers mobilisant d'importantes quantité de schistes houillers a été réalisé en 2001-2002 (Ofcard et al., 2001). Il s'agit de l'aménagement d'une plate-forme multimodale de 78 ha sur laquelle empiétait une partie des terrils 116/117 de Dourges. Les matériaux extraits pour libérer les emprises (1,2 Mm3 de schistes noirs) ont été valorisés sur place pour l'édification des remblais mais également d'une partie des couches de forme par traitement en place. Cette dernière destination, constituait une innovation en la matière à une telle échelle. Les techniques de traitement en centrale de schistes rouges étaient parfaitement maîtrisées depuis très longtemps, en revanche le traitement en place de schistes noirs était conditionné par la maîtrise des teneurs en sulfates susceptibles de déclencher à terme des réactions de gonflement interne (les sulfates n'existent pas dans les schistes rouges ayant subi une combustion).  Les résultats ont été globalement satisfaisants et la technique de mise en œuvre a été validée. Cependant, certains désordres ponctuels ont été constatés avec un effet différé (1 an après réception). Il s'agit de zones de gonflements qui ont nécessité des reprises locales. La cause est attribuée à la présence de concentrations en sulfates anormales. Néanmoins, si la technique devait se déployer plus largement, une attention particulière à cet aléa doit être portée par la mise en place d'un plan d'analyse des teneurs en sulfates avec un maillage d'échantillonnage serré et l'évaluation préalable de la variabilité possible au sein du terril.